L’argent … la gestion financière

Depuis toujours, je crois, j’ai aimé les chiffres, les opérations simples. 

Petite, compter la caisse, le soir, du familial et préparer le fond de caisse du lendemain ; les écritures comptables pour, déjà, suivre les dépenses et les recettes. 

Adulte, reproduire à l’occasion le suivi des comptes quand mes finances dérapaient vers le rouge. Au niveau pro, les calculs de volumétries, les nombres d’opérations, analyser, chercher à comprendre, triturer les chiffres et les informations dans tous les sens pour vérifier la cohérence, traquer l’anomalie.

Aujourd’hui, je me lance dans l’apprentissage de l’investissement en bourse.

Mon deuxième employeur offrait, dans le “package” salarial, des parts dans l’entreprise : abondement à hauteur ou presque de mes versements, plafonnés à un montant ou pourcentage, j’ai oublié. Chouette ! les actions ont monté, puis ont commencé à descendre. L’entreprise a lancé un plan de licenciement économique, puis a fait faillite. 

Entre-temps, je n’ai pas appris à gérer ces actions, j’ai laissé faire. Quand je m’en suis inquiétée, il était trop tard, j’avais quitté la boîte et perdu 4000$.

Il va sans dire que cette première expérience m’a refroidi, moi qui étais la reine de l’insouciance financière : j’étais jeune, recevais un très bon salaire, croquais la vie à pleines dents, dépensais sans compter et sans que ça gêne mon compte en banque.

En ce début d’année 2020, donc, j’ai décidé d’arrêter les frais dans tous les sens du terme : arrêter d’en donner “gratuitement” aux établissements financiers par le biais des agios et crédits à la consommation, arrêter de stresser et m’inquiéter au fil des jours/semaines/mois pour savoir si la prochaine grosse dépense allait passer, arrêter de ne pas financer mes projets (“un jour, je vais faire ça, et ça aussi, et on ira là”), …

Me former à la gestion financière a été l’une des meilleures décisions de ma vie, l’une des dépenses les plus rentables, peut-être la plus rentable. Et pourtant, j’ai tergiversé avant de dépenser ces 350€, j’avais bien d’autres choses à acheter matériellement avant de pouvoir faire cette dépense. Et puis une formation à la gestion financière ?? Franchement, tout le monde sait gérer ses finances, il n’y a que moi qui ne suis pas assez régulière, qui ne suis pas assez économe ou trop dépensière, que sais-je !

Aujourd’hui, presque 10 mois après, je me suis débarrassée d’un reste de crédit à la consommation et d’insomnies “financières”, j’ai épargné suffisamment pour couvrir les imprévus les plus urgents et quelques dépenses récurrentes (Noël, cadeaux d’anniversaire), je suis prête à affronter de futures dépenses inévitables (permis de conduire, frais de scolarité, vacances, …), et je prépare un projet personnel qui me tient à coeur. Je n’ai pas encore tout l’argent nécessaire pour tous ces projets ou toutes ces dépenses, mais je suis sereine car je sais comment m’y prendre pour l’obtenir, même s’il me faudra un peu plus de temps que je ne le souhaiterais pour les réaliser.

Démystifier ces notions en comblant mon manque de connaissance et de méthode m’a ouvert la porte d’un monde jusqu’alors insoupçonné. 

Je peux aujourd’hui envisager de “préparer mon futur”, c’est-à-dire ne pas attendre que demain arrive, avec ses nouvelles contraintes extérieures et son lot d’imprévus, je suis outillée pour y faire face. Bien sûr, je continue de me former pour y parvenir, c’est la clé. Forcément, le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est aujourd’hui, alors je sème, j’arrose, j’entretiens.

1 thought on “L’argent … la gestion financière

  1. Salut Carine!
    Comme je te comprends TELLEMENT lorsque tu évoques ton parcours! Félicitations et vive l’épanouissement financier !

Répondre à Jessica Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *